MICROAVENTURE – Raquettes et chalet sur le Mont-Lozère

 
Image 0 : MICROAVENTURE - Raquettes et chalet sur le Mont-LozèreImage 1 : MICROAVENTURE - Raquettes et chalet sur le Mont-LozèreImage 2 : MICROAVENTURE - Raquettes et chalet sur le Mont-LozèreImage 3 : MICROAVENTURE - Raquettes et chalet sur le Mont-LozèreImage 4 : MICROAVENTURE - Raquettes et chalet sur le Mont-Lozère

Une journée. C’est tout ce que nous avions pour prendre un grand bol d’air (frais). Pour revenir à l’essentiel : la nature, la neige, les amis, la bonne bouffe. Insuffisant, pensez-vous ? On va vous prouver le contraire. Chaussez vos raquettes, réveillez l’aventurier qui sommeille en vous. On vous embarque sur le Mont-Lozère. Loin des sentiers battus. En mode explorateur du Grand Nord et grillades au feu de bois. Mais avec un topo au top pour vous aider à ne pas (trop) vous perdre !

1jour(s)

S'OFFRIR UN PEU DE RÉCONFORT... AVANT L'EFFORT - RENDEZ-VOUS AU BLEYMARD
Un soir d’hiver. L’envie irrésistible de s’évader. Quelques SMS échangés, et rendez-vous est pris au village du Bleymard, au pied du Mont-Lozère. Dans un restaurant authentique, La Remise. Ben quoi, on n’allait quand même pas partir à l’aventure le ventre vide ! Autour d’une assiette de cochonnaille ou d’une coupétade (dessert typiquement lozérien à base de pain, de raisins secs et de pruneaux), les retrouvailles entre amis se font gourmandes. Les idées pour le lendemain ne tardent pas à fuser. Et si on traçait notre voie dans la poudreuse ? Et si on se la jouait Robinsons des temps modernes ? La décision est prise : ce sera ascension du Finiels en raquettes, 1699 mètres d'altitude au compteur, et repas cuisiné au feu de cheminée…

MARCHER DANS LES PAS DE STEVENSON SUR LE MONT-LOZÈRE
Après une bonne nuit de sommeil au Bleymard, à rêver de notre expé raquettes, on fait le plein de saucisses à griller. De fromage et de pain. Vivement l’heure du déjeuner ! Mais en attendant, cap sur la station du Mont-Lozère, à tout juste 10 minutes de route. Les raquettes sont louées à la station, l’aventure peut commencer ! Laissant la station et ses skieurs derrière nous, on prend rapidement de la hauteur sur le GR70, le fameux "Chemin de Stevenson". Des montjoies nous indiquent la direction à suivre. Ces colonnes de pierres guidèrent déjà Robert Louis Stevenson, et son ânesse Modestine, en 1878 ! Très vite, seul le craquement de la neige sous nos pas vient troubler le silence. Déconnexion totale. Plénitude.

TRACER SA VOIE DANS LA NEIGE JUSQU'AU HAMEAU DE FINIELS
Arrivés sur les crêtes, après une petite heure de marche, on dégaine nos thermos. Le café crée des volutes de fumées. Car, on ne va pas se mentir, le froid est piquant. Et pourtant, on ne cèderait notre place pour rien au monde. Les reflets scintillants du Mont-Lozère enneigé nous ont envoûtés. Le thermos rangé, nous quittons le GR pour l’inconnu. La descente vers le hameau de Finiels se fait au milieu d’une forêt. Changement complet de décor. Un autre monde à explorer. Aux dessins tracés par le vent sur les crêtes dénudées, succèdent les délicates empreintes d’un cerf. Et celles, plus massives, laissées par nos raquettes dans la poudreuse.

FAIRE UN FEU PAR -10 DEGRÉS DANS UN CHALET DE MONTAGNE
Impatients de passer aux choses sérieuses – les grillades –, nous ne nous éternisons pas dans les ruelles de Finiels. Nous retrouvons le Chemin de Stevenson, et ses balises blanches et rouges. Mais en bons aventuriers, nous l'empruntons dans le sens inverse de la normale !

Cap à l’ouest puis au nord : la boussole est la bienvenue, les balises ont, elles-aussi, revêtu leur manteau blanc ! Mais après une petite heure à crapahuter entre les sapins, il est bien là. L’abri forestier. Pendant que certains déneigent la porte, d’autres ramassent du bois. Reste ensuite à gratter l'allumette et faire démarrer le feu. Pas facile avec du bois mouillé ! On se relaie pour souffler. Une flamme, puis une autre. Victoire ! Les saucisses ont un goût de « on les a bien méritées »…

GRAVIR LE SOMMET LE PLUS HAUT DE LOZÈRE : LE PIC DE FINIELS
C’est avec un léger pincement au cœur que nous quittons notre chalet et que nous reprenons notre itinérance sur le Chemin de Stevenson. Le sentier grimpe, l’effort est intense. Mais bientôt, la forêt tire sa révérence : pas de doute, le sommet n’est plus très loin… Encore quelques coups de bâtons, et le toit du Mont-Lozère nous ouvre les bras. A 1699 mètres d’altitude, nous sommes les seuls à profiter du panorama depuis le Pic de Finiels.

Sous nos yeux, les vallées cévenoles, chères au cœur de Stevenson. En tirant un trait vers l’horizon, dans ce monde magique, on s’attendrait presque à arriver en Laponie… C’est pourtant bien la station du Mont-Lozère, qui nous attend 4 kms plus bas !

Libellé Tarif min Tarif max
Adulte 8,00 € 8,00 €
Enfant 8,00 € 8,00 €

Mode de paiement : Carte bleue - Chèques bancaires et postaux - Espèces

Du 01/11/2020 au 31/03/2021

Envie de tenter l'aventure ? Suivez le guide ! Depuis la station du Mont-Lozère, empruntez le GR70 (balisage rouge et blanc) vers le sud sur 2.5 kms environ, le long des montjoies. Arrivés sur les crêtes, laissez le GR sur la droite. Descendez à travers la forêt jusqu'à la D20 (sentier fléché mais non balisé, 2 kms). Poursuivez environ 500 mètres sur cette route pour rejoindre le hameau de Finiels. De là, récupérez le GR70 en direction de l'ouest, puis du nord, pour gagner l'abri forestier (3 kms), puis le sommet de Finiels (1.5 kms). Après avoir marché en crêtes sur 1 km environ, redescendez sur la station du Mont-Lozère par le même sentier qu'à l'aller. Comptez environ 5 heures pour parcourir les 13 kilomètres de sentiers, et 2 heures de pause-déjeuner, le temps d'allumer le feu de bois.

Prise de contact

Station du Mont Lozère
48190 - MONT LOZÈRE ET GOULET

+33 4 66 48 66 48

Langue(s) parlée(s) :

  • Français